1. Page d'accueil
  2. Ecran de démarrage
  3. Technologie

Principes de mesure des débitmètres et capteurs de débit ifm

Electromagnétique

Le débitmètre de la série SM fonctionne selon le principe d'induction de Faraday. Le liquide conducteur dans le tuyau est soumis à un champ magnétique (M) et crée une tension qui est proportionnelle à la vitesse (v) ou au débit. Cette tension est détectée via les électrodes (E) et traitée dans un boîtier de contrôle. Grâce à ses matières résistantes, le capteur convient à une multitude de fluides. De plus, le capteur se distingue par un indice de protection élevé et un boîtier robuste et compact.

Le principe de mesure est approprié pour des liquides d'une conductivité électrique d'au moins 20 µS/cm. Des valeurs typiques pour la conductivité électrique sont 0,5 µS/cm pour de l'eau distillée, 50 µS/cm pour de l'eau potable et 50.000 µS/cm pour de l'eau salée.


Certificat de calibrage ISO pour les capteurs de débit SM : ZC0052

Principe de mesure vortex

En aval d'un corps non profilé intégré dans le tube de mesure, le fluide en circulation (eau avec ou sans conductivité) génère des tourbillons, en fonction de la vitesse, qui sont détectés par un élément de mesure piézocéramique. Lorsque la section est connue le débit peut être déterminé à la base du nombre des tourbillons.
Cette méthode de mesure de débit, connue aussi sous le nom de principe vortex, est quasi indépendante des variations de pression et de température du fluide.

Principe de mesure mécatronique

Le débitmètre fonctionne selon le principe du clapet anti-retour avec ressort : le clapet, au repos sur son siège, est soulevé par le fluide en débit et comprime le ressort.
Un détecteur à champ magnétique détecte la position du clapet et fournit un signal analogique. La dilatation du ressort garantit un retour sûr du piston dans sa position initiale si le débit diminue. Cela permet une installation du débitmètre indépendante de sa position et évite un reflux.
Une autre version mécanique robuste (SBT) permet l'utilisation à des températures élevées jusqu'à 180°C et dans un environnement industriel difficile.

Principe de mesure ultrasonique

Les détecteurs à ultrasons consistent en des convertisseurs (à droite dans l'image) qui émettent et reçoivent des impulsions ultrasonores ainsi qu'en des réflecteurs (à gauche dans l'image) qui transmettent les impulsions d'un convertisseur à l'autre. Une impulsion est transmise à travers le fluide, un capteur mesure le temps de transit d'un convertisseur à l'autre. Ensuite une impulsion est transmise dans la direction opposée. Le capteur mesure la différence temporelle (dans la gamme des nanosecondes) et calcule le débit.


Certificat de calibrage ISO pour les capteurs de débit SU : ZC0053

Principe de mesure calorimétrique

Les boîtiers SA et SI sont équipés de 2 éléments de mesure et d'une source thermique.
Un élément de référence, monté 10 mm au-dessus du sol, mesure la température du fluide et sert à la compensation électronique de la température. La différence de température par rapport à l'élément sur le sol est maintenue constante par la source thermique qui se trouve également sur le sol. La puissance nécessaire pour maintenir cette différence constante est proportionnelle à la vitesse du fluide. Si la vitesse du fluide augmente, plus de chaleur est évacuée.

Le compteur d'air comprimé SD utilise le même principe thermique. Un de ses éléments de mesure céramiques est chauffé (élément de mesure), l'autre non (élément de référence). La différence de tension, qui résulte si la chaleur est évacuée par le fluide en débit, représente le débit.

Le débit de volume normalisé est directement détecté (selon ISO 2533).